Une société civile forte est le meilleur rempart contre la corruption et la mauvaise gouvernance qui laminent le plus souvent tout effort en faveur du développement.

Pour favoriser la création de cette société civile 2 conditions sont indispensables :

 Les populations doivent être acteurs responsables de leur propre développement
par la participation totale des populations dans tous les processus de développement pour ne pas laisser la seule initiative du développement aux politiques.

La volonté manifestée par les populations de s’impliquer dans les projets de développement détermine en premier lieu l’action de « La Maison de Sagesse. »

Une attention particulière est portée envers les femmes dont le rôle principal reste celui d’éduquer, de soigner leurs enfants, pour qu’elles accèdent à un statut d’égalité avec les hommes.

 Les populations doivent être reconnues et représentées dans les instances décisionnelles du pays
par la création d’un état civil qui n’existe pratiquement pas dans les zones rurales, en particulier dans de nombreux pays africains.

L’absence d’état civil signifie l’impossibilité d’aller à l’école, de voter et de pouvoir défendre ses droits.

L’absence d’enregistrement des naissances signifie une incapacité pour les communes et les Etats de prévoir les besoins en matière d’éducation, de santé, d’infrastructure.

C’est également la porte ouverte à tous les trafics d’enfants.

Agir pour un état civil exige une double démarche :
- envers les autorités pour enclencher un processus administratif d’enregistrement
- envers les populations et les femmes en particulier pour les convaincre de la nécessité d’enregistrer les naissances, ce qui va souvent à l’encontre des traditions locales.

Les actions de La Maison de Sagesse

 

La Déclaration Universelle des Droits de l’Homme adoptée le 10 décembre 1948 par l’ONU stipule en préambule que : « la reconnaissance de la dignité inhérente à tous les membres de la famille humaine et de leurs droits égaux et inaliénables constitue le fondement de la liberté, de la justice et de la paix dans le monde. »

Mais comment des hommes, des femmes, des enfants, peuvent-ils conserver leur dignité humaine quand ils ne peuvent pas se nourrir, accéder à l’éducation, vivre dans des conditions décentes d’hygiène et de santé ?

La Maison de Sagesse, accréditée par l’UNESCO et oeuvrant également dans le cadre de la Francophonie s’attache particulièrement dans tous ses programmes au respect des Droits de l’Homme et au développement durable afin que les populations bénéficiaires puissent retrouver autonomie, confiance et respect de soi.

" La Francophonie, consciente des liens que crée entre ses membres le partage de la langue française et des valeurs universelles, et souhaitant les utiliser au service de la paix, de la coopération, de la solidarité et du développement durable, a pour objectifs d’aider : à l’instauration et au développement de la démocratie, à la prévention, à la gestion et au règlement des conflits, et au soutien à l’Etat de droit et aux droits de l’Homme ; à l’intensification du dialogue des cultures et des civilisations ; au rapprochement des peuples par leur connaissance mutuelle ; au renforcement de leur solidarité par des actions de coopération multilatérale en vue de favoriser l’essor de leurs économies ; à la promotion de l’éducation et de la formation...
La Francophonie respecte la souveraineté des États, leurs langues et leurs cultures. Elle observe la plus stricte neutralité dans Les questions de politique intérieure. Les institutions de la présente Charte concourent, pour ce qui les concerne, à la réalisation de ces objectifs et au respect de ces principes."
Extrait de la Charte de la Francophonie

Les actions de La Maison de Sagesse